Ma proposition à François et Nicolas pour encourager l’entrepreneuriat

A mon sens, l’un des plus grands fléaux français est la peur de l’échec. Jérémie Berrebi, le célèbre serial entrepreneur et co-dirigeant de Kima Ventures, tweete souvent pour dénoncer ce sentiment éprouvé par une grande partie des jeunes français qu’il rencontre. Le symptôme de ce mal français consiste à éviter la moindre prise de risque et donc à privilégier la voie la plus sûre quitte à sacrifier ses envies profondes.

Je pense que la peur de l’échec prend racine dans notre système éducatif. La société française, à la différence de la société américaine, exècre l’échec et considère que les grands de ce monde n’ont pas le droit à l’erreur. On nous inculque dès notre plus jeune âge que celui qui échoue est mauvais. Je me rappelle encore du rendu des devoirs sur table dans mon lycée fort élitiste où les copies étaient rendues aux étudiants de la meilleure à la moins bonne note, de sorte que tout le monde pouvait savoir qui étaient les bons élèves et qui étaient les mauvais. Gloire à ceux qui excellent et honte à ceux qui échouent !

Bref. A l’heure où la campagne présidentielle bat son plein, je m’étonne de ne pas entendre les principaux candidats faire davantage de propositions concrètes pour soutenir l’entrepreneuriat et combattre ce mal. Je suis en effet convaincu que l’avenir de la France dépend de sa capacité à générer de grands entrepreneurs et donc à faire sauter cette peur de l’échec.

C’est pourquoi, à titre personnel, je soutiens toutes les tentatives visant à rectifier le tire et valoriser l’échec aux yeux de tous. Car je pense que l’échec est une étape vers le succès. L’une des initiatives qui m’a le plus enthousiasmé ces derniers temps a été l’organisation de la Failcon à Paris, conférence tout droit importée des Etats Unis dont le concept est de faire venir des entrepreneurs pour les faire parler de leurs ratés. La première édition qui a eu lieu l’année dernière était une réussite ! (ici une vidéo de Marc Rougier, serial entrepreneur qui parle de l’échec à la Failcon)

Par extension, je n’adhère pas avec cette mentalité bien en place dans bon nombre d’entreprises françaises qui consiste à privilégier à l’embauche des candidats bien dans le moule qui n’ont jamais pris aucun risques à des candidats qui ont essayé mais échoué. Je trouve anormal que ceux qui ont essayé et sans doute vécu des aventures professionnelles très formatrices traînent leurs expériences entrepreneuriales avortées comme des boulets.

C’est pourquoi, je propose l’introduction d’une mesure visant à faciliter l’obtention d’un poste après un échec entrepreneurial !

Ma proposition : dans chaque entreprise, réserver un quota de postes  à des entrepreneurs qui auraient échoué (bien entendu, il faudrait instaurer des critères précis pour qualifier les entrepreneurs de façon à éviter les  dérives). De cette façon, ceux qui se lancent auront moins à perdre s’ils échouent et le feront avec moins de scrupule.

Je ne suis pas pour légiférer à tout prix mais parfois c’est un bon point de départ pour changer les mentalités !

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s